Comment facturer ses prestations de Community Management ?

Je vois beaucoup de sujets sur des forums, sur Facebook par ci et là sur « je voudrais me mettre en freelance, comment est-ce que je facture ?! »

Étant en Freelance depuis maintenant deux ans, je leur réponds toujours « ça dépend ».

Voilà.  De rien.

Cimer
Cimer

Non, véritablement, tout dépend de tout. Parlons en :

Quand on veut facturer une prestation de community management, il faut prendre en compte pleins de critères qui vont établir la qualité et le temps de la prestation :

  • Quelle est votre expérience ?
  • Quelle est la véritable demande du client (pas le blabla, le vrai travail derrière : animation de communauté ou création de contenus ? stratégie social media entière ou simples préconisations ?)
  • Connaissez-vous très bien ou pas du tout le secteur du client ?
  • Pendant combien de temps votre client souhaite t-il faire appel à vous ?
  • Combien de réseaux sociaux souhaite t-il vous confier ?
  • Est-il très demandeur d’informations au quotidien ou vous laisse t-il en autonomie complète ?
  • Etc, etc, etc.

Véritablement, il faut vous poser toutes les questions qui incombent à sa demande pour savoir au final :

  • Combien de temps ça va me prendre
  • Quelle est la dureté (en terme d’action) de la mission

Par exemple :

Un client vous demander d’animer ses réseaux sociaux. Il dispose de Facebook, Instagram, Twitter, Google+ (lol), le réseau social fabriqué par son pote, le réseau social dont personne ne connaît le nom, etc.

De plus, il vous dit « qu’il y a tout à faire ». Il n’a donc pas de stratégie, ni de contenus, ni de cohérence (du moins pas encore).

Il veut quelqu’un pour s’occuper de tout ça car il n’a pas le temps. Il veut complètement déléguer cette partie et veut faire confiance à la personne qui s’en chargera.

Traduisons :

  • Vous allez devoir créer une stratégie social media
  • Vous allez devoir créer, dans la stratégie social media, une stratégie de contenus
  • Vous allez devoir créer ces contenus
  • Vous allez devoir animer touuuus ses réseaux sociaux et les modérer
  • Vous allez devoir établir un reporting mensuel (ou hebdo) des actions effectuées pour rendre compte au client
  • Vous allez devoir réévaluer votre stratégie au bout de X mois pour voir comment celle-ci a fonctionné et proposer des améliorations
  • Vous allez devoir entretenir une relation avec votre client
  • Etc etc

Tout cela, ça représente du temps et de la valeur. Et on le sait tous, le temps c’est de l’argent, et la valeur aussi.

Comment on budgette alors ?

On peut budgeter de deux manières selon moi (et j’insiste bien sur le selon moi, chacun sa manière, et j’adorerais que vous me racontiez les vôtres en commentaire)

  • Le forfait
  • Le TJM (taux journalier moyen)

Le forfait :

Quand on débute comme ça a été le cas pour moi, on est pas forcément trop exigeant avec les clients qui nous démarchent. Ils affichent leur budget directement et soit on s’adapte, soit c’est souvent fichu.

Le principe du forfait, qui consiste à proposer un prix global pour une prestation globale fonctionne bien dans ce cas.

Vous pouvez donc proposer un forfait qui correspond à son budget, et qui, après vous être posé toutes les questions ci-dessus, comprendra telle et telle prestation.

Exemple :

Le ou la cliente a 1000 euros de budget par mois pour animer ses 5 réseaux sociaux.
Au vu de son budget, vous allez lui créer une stratégie social media succincte (mais néanmoins qualitative), proposer d’animer seulement 2 réseaux sociaux, de créer 3 contenus par mois, et de lui faire un reporting mensuel (et non hebdomadaire). C ‘est tout.

Si la cliente souhaite une révision de la stratégie, plus de contenus, etc, il faudra lui faire comprendre qu’elle devra faire évoluer son budget.

Qui dit forfait ne dit pas forcément « prix au rabais ». Le mode de facturation « forfait » peut aussi être très avantageux car supérieur à votre TJM.

Le tout, quand on souhaite facturer en « forfait », c’est de ne pas sous-estimer le temps que cela vous prendra par rapport à ce que cela va vous rapporter.

Si j’accepte un forfait de 1000 euros par mois et que cela me prend 4 jours sur 5 de ma semaine, je ne serai pas rentable. Donc je ne peux pas accepter la proposition. Ou je dois réduire les actions de la prestation pour que ça ne me prenne plus que 3 jours. ou 2, selon votre emploi du temps.

Le TJM (ou coût jour)

Le TJM, c’est le taux journalier moyen. Super !

and so what ?
and so what ?

Le TJM, c’est le prix que l’on vaut (ça fait un peu marchandise humaine mais … passons) par jour. C’est le prix auquel on se vend (ou auquel on vend sa prestation intellectuelle plutôt) par jour auprès d’un client.

Ce mode de facturation est très courant et pratiqué dans les agences, ou les SSII et beaucoup de grands comptes.

On peut donc fixer le TJM que l’on veut et selon ses compétences, son expérience, etc.

Le tout est d’être cohérent. Si l’on fixe son TJM à 1200 euros HT par jour alors que l’on a 1 an d’expérience en CM, vous pouvez toujours attendre le client.

Également, on va fixer son TJM au jour, mais en prenant en compte le nombre d’heure que l’on travaille par jour.

Sur une journée de 7h par exemple, on peut fixer son TJM à 400€ TTC, ce qui revient à 57€ de l’heure, ce qui est honorable et cohérent.

Vous avez fixé votre TJM, c’est génial. Maintenant passons à l’action.

Un client vous sollicite pour une mission CM. Vous souhaitez facturez au « TJM ». Vous allez vous poser toutes les questions du début de l’article, et vous allez devoir évaluer le nombre de jours que cela va vous prendre. Après avoir évaluer le nombre de jours, vous allez simplement les multiplier par votre TJM et vous aurez le prix global de la prestation.

Soit vous évaluez un nombre de jours global, donc par exemple 10 jours. Et vous facturez.
Soit vous évaluez un nombre de jours par semaine, que vous utilisez ou non, et vous ajustez à la fin du mois sur la facture.

Le TJM est intéressant, mais du coup, il demande plus d’effort selon moi. La prestation n’est plus en fonction de telle ou telle action mais en fonction du temps. Donc on doit pouvoir répondre à toutes les attentes du client, dans un temps imparti.

Damn, je ne pensais pas pouvoir écrire autant sur de la facturation CM ! Vous avez compris ? Si vous n’avez pas tout compris (ça serait grave pour moi), n’hésitez pas à me demander en commentaire ou par email.

TIPS : Une facture n’est pas un contrat, et un contrat encadre la prestation et vous protège comme il protège le client … vous rédigez bien un contrat pour toutes vos prestations hein ?

prochain article ! 🙂

 

Publicités

5 commentaires sur “Comment facturer ses prestations de Community Management ?

  1. Merci pour cet article Julie ! Il est très intéressant et on y apprend beaucoup (comme tous vos articles d’ailleurs).
    Je suis jeune CM et je trouve vraiment difficile de fixer ses tarifs (surtout quand certaines agences cherchent à vous acheter toujours plus bas).
    Je vais réétudier ma tarification en relisant votre art.

    1. Hello Jessica !
      Merci beaucoup, j’espère que tu trouveras un tarif juste et honnête pour tes prestations, c’est pas évident au début en effet 🙂
      N’hésite pas si tu as des questions !

      Julie

  2. Bonsoir Julie,
    Bravo pour vos explications. C’est toujours le même souci ou la même problématique. Ayant plus de 4 ans d’expérience, le plus important est d’analyser le véritable besoin du client. Audit, stratégie, contenus, création de comptes, animation… Précisons qu’un devis signé fait office de contrat. Il faut faire, dans la mesure du possible, un cahier des charges. Pour la facturation en elle-même, j’utilise le budget pour une prestation « au long cours » (6 mois min). Le but : justifier le ROI. Concernant le TJM, on rentre davantage dans une problématique de conseil voire de formation.
    Enfin la facturation en elle-même dépend du client et de ses besoins. Donc difficile d’effectuer une grille. Mais si on compte 500€ la journée par semaine en théorie, on arrive à un budget de 2000€ par mois… Soit 12000€ pour 6 mois. Les TPE/PME n’auront pas ce budget là…
    Mais nous pouvons continuer notre discussion en MP 🙂

  3. Bonjour Julie,

    Je me posais une question (sans nulle doute stupide mais bon…), mais qui me turlupine. Quand vous parlez de forfaits dans vos exemples vous citez des contenus par mois. Mais de quel genre de contenus s’agit-il, sachant que sur les rs il peut y avoir n’importe quoi, un visuel, une vidéo, un article ?

    1. Bonjour Jude, il n’y a aucune question stupide 😉
      Comme vous le dites, sur les réseaux sociaux il peut y avoir tous les contenus possibles. Donc il ne s’agit pas que de contenus rédactionnels.
      Les types de contenus sont fixés par vous même dans votre recommandation au client. Si vous estimez que des contenus audiovisuels sont pertinents, vous allez en proposer, etc.
      Donc dans votre forfait, vous allez proposer admettons 5 vidéos. Vous allez devoir budgéter ce forfait en fonction du coût de la réalisation d’une vidéo.
      Si vous voulez proposer des article, vous budgeterez votre forfait en fonction du coût de réalisation d’un article de X mots. J’espère vous avoir aidé, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s